Après les avoir longtemps négligées et sous estimées, les grandes entreprises s’intéressent maintenant volontiers aux start-ups. Les start-ups, de leur côté, ont une fascination teintée de craintes pour les grands groupes qui pourraient être leurs clients ou leurs partenaires, mais qu’elles soupçonnent parfois d’être des prédateurs sans scrupules.

Aujourd’hui, la donne est en train de changer. L’innovation interne ne suffit plus comme l’ont découvert douloureusement les Big Pharmas. La disruption généralisée menace les grandes entreprises qui sont à l’affût des signes avant-coureurs de changements, observent et courtisent les start-ups, souvent les pionniers de ces innovations.

Plusieurs modèles de coopération se sont ainsi développés, tels que des incubateurs et accélérateurs créés par les grandes entreprises, le modèle d’open innovation, ou encore la montée en puissance fulgurante des GAFAM (1), qui favorisent l’éclosion et la croissance de jeunes sociétés innovantes.

Ces dernières années, les grands groupes ont accru leurs participations minoritaires dans des start-ups (Corporate Venture), cherchant en général la diversification, la maîtrise de nouvelles technologies ou l’accès à de nouveaux marchés (comme l’a fait SNCF avec OUICAR). De leur côté, les start-ups bénéficient de nouveaux moyens, d’une crédibilité et d’une notoriété immédiate, mais avancent avec prudence dans cette voie pour éviter d’être trop fortement « encadrées » par leurs puissants partenaires.

La coopération entre les deux univers est très délicate dans la pratique car leurs cultures, leurs ressources et leurs objectifs divergent en général. Des structures et une culture de coopération adaptées sont donc nécessaires pour le succès des projets.

Dans ce modèle de Corporate Venture, ANGELOR a des atouts particuliers pour faciliter un rapprochement efficace entre les deux univers. Notre équipe accompagne des entreprises qui veulent investir dans les jeunes pousses, soit directement, soit via des structures ad hoc qui peuvent être mutualisées.

Par son excellente connaissance du milieu des start-ups mais aussi par son solide réseau actif d’investisseurs dirigeants d’entreprises, ANGELOR dispose d’atouts certains pour créer les conditions d’un rapprochement efficace entre les grands groupes et les start-ups.

Philippe Albert, Directeur Associé, Angelor

 

(1) Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft